(CdV) MARIA BARRIENTOS. TIPLE LIGERA. Ph. M. MATEOS

MATEOS, M.

F-5521

Vendu

Nouveau produit

María Barrientos était une chanteuse d'opéra espagnole, une soprano de colorature légère, l'une des plus remarquables de son temps.

Ce produit n'est plus en stock

Ajouter pour comparer

Share:

María Barrientos était une chanteuse d'opéra espagnole, une soprano de colorature légère, l'une des plus remarquables de son temps.
Synthèse biographique
Elle est née à Barcelone le 10 mars 1883. Sa voix, pas trop large, jouissait d'un timbre et d'une projection si excellents qu'elle en fit aussitôt l'une des sopranos les plus recherchées du moment.

Débuts en tant qu'artiste
Maria Barrientos a reçu une éducation musicale complète en piano et violon. Il a commencé ses études de chant à l'École municipale de musique de Barcelone. Les études vocales étaient avec Francisco Bonet. En 1898, à l'âge de quinze ans, elle fait ses débuts au Théâtre Victoria de Barcelone avec le rôle d'Agnès dans La Africana de Meyerbeer, rapidement suivie par le rôle de Margarita de Valois dans Les Huguenots.

Il perfectionne ses études à Milan où en 1900 il chante à La Scala, point de départ de sa brillante carrière. Il existe une légende, jamais prouvée, sur un précédent apprentissage musical qui comprendrait la direction d'une symphonie composée par elle, avec seulement douze ans, comme examen final au conservatoire de Barcelone.

Elle était une chanteuse qui se démarquait par son excellent timbre et sa projection, ce qui faisait d'elle l'une des sopranos les plus demandées de son temps. Sa carrière est momentanément interrompue en 1907 par son mariage avec l'Argentin Jorge Keen et la naissance d'un fils. L'union, cependant, n'était pas heureuse et elle est revenue sur la scène en 1909.

Victoires
La chanteuse a été invitée par les plus grandes maisons d'opéra européennes, chantant à la Scala de Milan avec Dinorah de Meyerbeer, à Covent Garden à Londres, dans le rôle de Rosina dans Le Barbier de Séville de Rossini, entre autres. Il sauta bientôt en Amérique où il fit ses débuts au Metropolitan Opera House de New York avec l'opéra Lucia de Lammermoor de Donizetti le 31 janvier 1916, remportant de grands succès.

Dans ce dernier théâtre, il a joué dans la première de la pièce Le coq d'or de Rimski-korsakov avec le rôle de La Reine de Shemaja. Toujours en Amérique du Sud, notamment au Théâtre Colón de Buenos Aires, c'est là qu'il a eu ses plus grands triomphes et a récolté sa fortune. Entre 1916 et 1924, il a chanté tout le répertoire romantique pour soprano léger.

Il a continué à apparaître sur scène avec des rôles typiques de colorature, comme Amina dans La somnambul et Il Matrimonio Segreto de Cimarosa, Gilda dans Rigoletto de Verdi, Lakmé dans l'opéra éponyme de Leo Delibes, Elvira dans Los puritanos de Bellini ou Adina dans El Elisir d'amore, jusqu'en 1924 où il s'installe en Argentine, où il dit au revoir à son public.

Depuis, elle se limite à donner des récitals et se démarque comme une interprète admirée de chansons en français et en espagnol. Ainsi, en 1930, elle a été choisie personnellement par María Falla pour interpréter les Sept chansons espagnoles et Soneto a Córdoba, accompagnée sur le piano de Manuel de Falla dans certaines chansons dont El Paño Moruno. Il a fondé un prix annuel à l'École municipale de musique de Barcelone afin que les étudiants puissent parfaire leurs études de chant à l'étranger.

Il a également fait de nombreuses tournées de concerts, notamment en France et en Amérique du Sud, où il a fait une bonne partie de sa carrière et de sa fortune. Elle était presque idolâtrée en Argentine, elle et Claudia Muzio sont deux personnages inoubliables dans la tradition lyrique argentine.

La mort
Cet artiste espagnol exceptionnel meurt le 8 août 1946 à Ciboure, en France.

F-5521
AuteurMATEOS, M.
AnnéeCa. 1900
Mesures du support12x8
PaysEspagne - Catalogne
VilleBARCELONA
ConservationBonne - contrasté
SupportCarton
TechniquePlatine